Cinquante ans d’initiatives créatives

La mission foi-justice aux États-Unis et au Canada

L’apostolat social des années 70 s’est développé sur trois aspects différents. En premier, un petit nombre de prêtres intéressés par le monde ouvrier (labor priests), normalement dans les universités, se sont penchés sur les droits des travailleurs, la pauvreté et la race. En deuxième, quelques paroisses se sont mis au service des hispaniques et des afro-américains pauvres et des missions parmi les peuples indigènes des États-Unis. En troisième, et en réponse à l’appel du Pape Paul VI, les Provinces ont envoyé des représentants en Amérique latine.

En 1965, Gaudium et spes soulignait les « joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses » des pauvres. Pour répondre à la ségrégation raciale, la pauvreté et la guerre du Vietnam, nos Provinces se sont impliquées davantage dans les paroisses des quartiers ouvriers, dans l’activisme pour les droits civils et contre la guerre, et dans la promotion sociale. Les Provinces ont nommé des assistants et créé des commissions pour soutenir les ministères sociaux et l’investissement engagé, en exhortant tous les apostolats à promouvoir la justice.

La 32e Congrégation générale enseignait que l’action pour la justice est la condition essentielle à la prédication de l’Évangile (1975). Des petites communautés ont vu le jour afin de vivre parmi les pauvres. Tout a commencé à Manhattan, pour des garçons de 10 à 14 ans (middle school), dans ce qui serait la première de nombreusesNativity Schools. Les jésuites se sont engagés dans l’organisation communautaire avec la fondation du réseauPacific Institute for Community Organization (PICO) et d’autres groupes similaires. À Washington, leCenter of Concern a vu le jour pour se consacrer à l’analyse sociale, l’éducation et la défense de causes. À Montréal, leCentre justice et foiest né étroitement lié à la revueRelations, déjà bien engagée sur ce chemin. Puis à Toronto, ce sera l’ouverture duJesuit Centre for Social Faith and Justice qui deviendra plus tard leJesuit Forum et qui est, encore aujourd’hui, à la pointe du dialogue sur des sujets touchant la foi et la justice. De nombreux jésuites ont rejoint les conférences épiscopales des États-Unis et du Canada pour des postes dans les départements sociaux.

2020-08-24_annuario-122_kino

En 1980, le père Arrupe met en route le Service jésuite des réfugiés (JRS). Démarre alors au Québec un programme de parrainage de réfugiés, conçu à l’origine pour accueillir les boat people du Vietnam. Pendant les années 80, de nombreux ministères sociaux sont créés au sein des paroisses, parmi lesquelles l’église Holy Nameà Candem, New Jersey, les paroisses Immaculate Conceptionà Bâton-Rouge, Louisiana, et Dolores Mission à Los Angeles. La mission de la Communauté de Vie Chrétienne s’est aussi approprié le binôme foi-justice. Le Jesuit Volunteer Corps (Corps jésuite de volontaires), créé en 1956 à Alaska, a essaimé au niveau national et international. Les laïcs ont commencé à assumer de plus en plus de leadership dans beaucoup de ministères.

Lorsque six jésuites sont assassinés au Salvador, en 1989, par l’armée du Salvador, l’appel à travailler pour la justice résonne en nous avec plus de force. Les universités organisent des hommages et les élèves se mobilisent pour la cause. Ces assassinats conduisent de nombreuses personnes à partager des histoires de foi et de justice lors des manifestations annuelles contre la School of the Americas, à Georgie ; de là est née l’Ignatian Solidarity Network (Réseau ignatien de solidarité). Au Québec, la mission de solidarité internationale des années 80 se poursuit à travers le travail de Mer et Monde. Après le renversement de Jean-Claude Duvalier en 1986, les jésuites canadiens francophones retournent à Haïti, où de nombreux jeunes commencent à rejoindre la Compagnie. L’engagement social qui en découle se répand à d’autres réseaux plus larges du Jesuit Migrant Service (Service jésuite des migrants), les écoles Foi et Joie et le CERFAS, un centre social.

2020-08-24_annuario-122_farm

En 1990, le message du pape Jean Paul II, « La paix avec Dieu créateur, la paix avec toute la création » est un levier pour le mouvement environnemental. Des communautés d’agriculture écologique étaient déjà un succès, comme la Ferme Berthe Rousseau au Québec et l’Ignatius Jesuit Centre à Guelph, Ontario, qui intègre l’écologie dans son ministère spirituel. En 2002, la Wheeling Jesuit University, en Virginie Occidentale met en route l’Appalachian Institute pour promouvoir la création de communautés plus saines et plus durables dans la région.

L’année 1992 voit la fondation de Homeboy Industries afin d’offrir de l’espoir, une formation pour l’emploi et un soutien à d’anciens membres des gangs de Los Angeles. Cette même année dans la ville de Québec, La Dauphine commence à accueillir et à aider les jeunes sans abri. En 1995, l’Ignatian Volunteer Corps propose des opportunités d’engagement dans le volontariat ainsi qu’une formation ignatienne à des personnes de plus de 50 ans. En 1996, à Chicago, on ouvre la première Cristo Rey Jesuit High School qui propose une éducation pré-universitaire et des stages de travail à des élèves de familles modestes. Ce réseau compte aujourd’hui 35 écoles ! En 1998, l’Ignatian Spirituality Project commence à proposer des retraites à des personnes sans abri. En 2009, la Kino Border Initiative (Initiative « Kino » de la frontière), un projet de collaboration entre des jésuites du Mexique et des États-Unis, des religieuses et plusieurs diocèses, commence à accompagner des migrants et à plaider en faveur de politiques migratoires justes.

2020-08-24_annuario-122_ph01 2020-08-24_annuario-122_ph02 2020-08-24_annuario-122_ph03 2020-08-24_annuario-122_ph05 2020-08-24_annuario-122_ph04 2020-08-24_annuario-122_ph06 2020-08-24_annuario-122_ph08 2020-08-24_annuario-122_ph07 2020-08-24_annuario-122_ph09

Avec le nouveau siècle, en l’an 2000, la Jesuit Secondary Education Association (JSEA – Association jésuite d’éducation secondaire) incorpore dans les critères du What Makes a Jesuit School Jesuit (ce qui fait qu’une école jésuite soit jésuite) : « enseigner et agir avec justice ». Cette même année, le père Peter-Hans Kolvenbach lance un défi à 400 délégués de 28 universités participant à la Justice in Jesuit Higher Education Conference (Conférence sur la justice dans l’éducation supérieure des jésuites) : faire en sorte que le rapport entre foi et justice transforme leurs institutions. Les réponses ont été nombreuses et variées. Par exemple, en 2007, à Orléans, est créé le Jesuit Social Research Institute dont le travail est axé sur des sujets en rapport avec la race, la pauvreté et les migrations dans la région. En 2015, la Loyola University de Chicago met en place un programme innovateur sur deux ans – Arrupe College – pour des élèves de familles modestes.

Ces 50 années ont vu surgir de nombreuses initiatives créatives pour incarner cette foi-qui-fait-justice en aidant les jésuites et ceux qui travaillent avec eux à cheminer aux côtés des pauvres et des marginalisés.

[Article tiré de la publication "Jésuites - La Compagnie de Jésus dans le monde - 2020", par Élisabeth Garant, Anne-Marie Jackson, Fred Kammer SJ et Ted Penton SJ]

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés