L’intérêt de saint Ignace pour l’Afrique

Une série de blogs préparés par l'ARSI (les Archives de la Compagnie de Jésus à Rome) en vue de l'Année ignatienne.

Par Festo Mkenda, SJ - Historien

1. Saint Ignace et l'Éthiopie : La question du Prêtre Jean

Que savait saint Ignace de Loyola (1491-1556) de l'Afrique ? Selon les normes de son époque, la réponse doit être : Beaucoup de choses ! Dans l'introduction au récit de la vie d'Ignace, Luís Gonçalves da Camara (1520-1575) nous donne un indice de l'intérêt du saint pour l'Afrique et, plus précisément, pour l'Éthiopie. Parmi les éléments qui ont poussé Ignace à différer son récit pendant dix-sept mois entre septembre 1553 et mars 1555, date de sa reprise, figure « la question du Prêtre Jean ». À cette époque, le Prêtre Jean était considéré comme l'empereur d'Abyssinie, le territoire que les sources historiques appellent aussi librement "Éthiopie".

L'intérêt d'Ignace pour l'Éthiopie est né d'une invitation du roi Jean III du Portugal (1502-1557, r.1521-1557) à envoyer des jésuites en tant que missionnaires dans la région dont il revendique un fragile patronage. Les lettres et instructions d'Ignace concernant la mission éthiopienne datent de 1546 à 1555. Leurs détails montrent l'importance que le fondateur des jésuites accordait à la première mission africaine qu'il devait constituer. Dans une note de 1546 adressée à Jean III, Ignace propose même de se rendre personnellement en Éthiopie si personne d'autre ne veut relever ce défi missionnaire.

L'urgence qu'Ignace voyait dans la mission éthiopienne n'était pas seulement due à l'invitation du roi du Portugal. Ignace avait acquis une connaissance substantielle des peuples et des cultures d'Éthiopie. Il a puisé dans diverses sources, notamment les récits des pèlerins éthiopiens en Terre Sainte et à Rome, les rapports de voyage européens et les nouvelles publications qui circulaient en Europe à cette époque. En outre, il a très probablement rencontré Abba Tasfa Seyon Meheizo (c.1510-1552), également appelé Petro l'Abyssinien, un moine éthiopien bien connu de Debre Libanos qui vivait à Rome depuis 1536. Sur la base de ces informations, Ignace en est venu à considérer l'Éthiopie comme une frontière missionnaire idéale pour laquelle les jésuites étaient faits. Il était non seulement prêt à s'y rendre lui-même, mais aussi à assouplir la règle qu'il avait élaborée pour empêcher les jésuites de devenir évêques. Les trois premiers jésuites à être élevés à la dignité épiscopale ont été des recommandations d'Ignace pour la mission éthiopienne.

La première équipe de missionnaires pour le pays du Prêtre Jean a quitté Lisbonne en avril 1555 sous la direction de João Nunes Barreto (c.1510-1562), aujourd'hui consacré patriarche d'Ethiopie. Barreto lui-même n'est jamais entré en Éthiopie, mais cinq jésuites dirigés par l'évêque adjoint André de Oviedo (1518-1577) y sont arrivés en mars 1557, plus de sept mois après la mort d'Ignace.

Les instructions détaillées d'Ignace sur la mission du Prêtre Jean sont le meilleur témoignage que nous ayons de l'approche ouverte du saint aux missions interculturelles. Il conseillait à ses missionnaires, entre autres, de « procéder avec douceur et d'éviter de contraindre les gens ». Le prêtre franciscain Charles Santis décrit l'ensemble des instructions d'Ignace pour les premiers missionnaires en Éthiopie comme « un document fondamental, non seulement en raison de sa connaissance exacte de la psychologie orientale, mais parce qu'il manifeste la prudence et la discrétion suprêmes du saint ».

2021-03-02_arsi1_ph1-1

Illustration : Fig. 1.1 : Un portrait de saint Ignace de Loyola dans l'iconographie éthiopienne (2016) par l'artiste jésuite Natnael Antonio Samson SJ, (© Jesuit Historical Institute in Africa)

2021-03-02_arsi1_ph1-2

Illustration 1.2 : Une « Description de l'Empire du Prêtre Jean, c'est-à-dire des Abyssins » (1573) par le célèbre cartographe brabançon Abraham Ortelius, 1527-1598.

2021-03-02_arsi1_ph1-3

Illustration 1.3 : Peinture du milieu du 17e siècle d'un artiste anonyme représentant Saint Ignace de Loyola agenouillé devant le pape Paul III ; la figure debout à l'extrême gauche derrière le pape serait Abba Tasfa Seyon Meheizo. (Peinture dans la sacristie de l'église du Gesù à Rome)

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés