La Curie et l’IA générative

Par Kenneth Yong | Assistance ITC à la Curie Générale

Ils doivent envisager qu’une grande responsabilité est la suite inséparable d’un grand pouvoir.

Convention nationale de France, 1793

Avril 2024. Lors d’un événement organisé dans la salle de la Congrégation Générale à la Curie, le thème de la technologie de l’information (IT) du moment, l’Intelligence Artificielle Générative (désormais abrégée en ‘IA générative’) a été présenté à tous ceux qui travaillent ici, jésuites et non-jésuites. L’accent a été mis sur l’utilisation de l’IA générative dans notre travail, le p. Carlo Casalone, un jésuite membre de la section scientifique de l’Académie pontificale pour la vie, s’exprimant également sur les implications éthiques et les responsabilités liées à son utilisation.

En réalité, ce n’était pas la première fois que l’on parlait de l’IA générative ici, puisque le Conseil du Père Général avait abordé le sujet à la fin de l’année 2023, de sorte que la « notion » de IA générative n’était pas nouvelle pour certains. En fait, pratiquement tout le monde avait entendu parler de l’IA générative, même s’ils ne savaient peut-être pas comment y accéder ni comment l’utiliser.

Quoi qu’il en soit, après l’événement, le thème de l’IA générative était très présent dans l’air. J’ai commencé à recevoir des questions telles que : « Comment puis-je utiliser l’IA générative pour faire des résumés des lettres que je reçois ? », « Puis-je utiliser l’IA générative pour faire une présentation PowerPoint ? », ou encore « L’IA générative peut-elle être utilisée en toute sécurité ? ».

2024-05-10_wordls-comms_hands

Cette dernière question est importante, car la confidentialité et la sécurité des données sont une préoccupation majeure à la Curie, probablement la plus importante lorsqu’il s’agit de technologies de l’information (TI). Pour nous, la protection des données que nous traitons est primordiale. En fait, pratiquement tous les programmes d’assistance IA générative, qu’ils proviennent de Microsoft, Google ou OpenAI, pour ne citer que les trois principaux, exigent que les données traitées soient stockées et manipulées en ligne, avec le risque associé de voir ces données menacées (fragilisées).

Il y a bien sûr d’autres considérations à prendre en compte, par exemple les implications morales/éthiques/équitables de l’utilisation de l’IA générative, la transparence et la responsabilité des fournisseurs de l’IA générative, les préjugés et la discrimination qui pourraient découler des modèles d’intelligence artificielle, l’impact des infrastructures d’intelligence artificielle sur l’environnement, et ainsi de suite.

Sachant tout cela, nous devrions peut-être nous demander au préalable : « Devrions-nous même utiliser l’IA générative dans le cadre de notre travail, en particulier à la Curie où des informations sensibles sur des personnes, des institutions et des événements sont traitées quotidiennement ? » Pour ma part, j’estime que l’IA générative est un outil utile, extrêmement puissant, mais il ne reste rien de plus, ou de moins, qu’un outil. Comme l’a souligné le père Casalone dans sa présentation, c’est à nous, créateurs, qu’incombe la responsabilité ultime lorsque nous utilisons un outil, technologique ou autre, et cette responsabilité s’étend évidemment à l’utilisation de l’IA générative.

La puissance de l’IA générative, avec ses vastes ensembles de données et sa puissance de calcul brute, permet de créer des contenus qui reflètent la créativité humaine. Néanmoins, l’IA générative doit soutenir la prise de décision humaine, et non la saper ou la remplacer, et ne doit pas être utilisée lorsqu’il y a une crainte qu’elle puisse causer des dommages. Comme l’a dit un sage (dans la citation ci-dessus) : « Ils doivent considérer qu’une grande responsabilité est indissociable d’un grand pouvoir ».

Message du Pape François pour la 58ème Journée Mondiale des Communications Sociales

Intelligence artificielle et sagesse du cœur : pour une communication pleinement humaine

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations avec les médias.

Articles associés