Saint André Bobola, un jésuite polonais qui a tenu ferme dans l’épreuve

Fête : 16 mai

À l’occasion de leur fête liturgique, il vaut la peine de s’arrêter sur la vie et les engagements des saints et bienheureux de la Compagnie de Jésus au long des siècles. Aujourd’hui, nous portons notre regard sur le témoignage que nous a laissé saint André Bobola.

Andrzej Bobola, (1597-1657) mourut pendant le conflit entre catholiques et orthodoxes qui faisait partie de la guerre entre la Pologne et la Russie au milieu du 17e siècle. Les Cosaques opposés aux jésuites qui défendaient avec énergie les catholiques ont massacré Bobola, mais n’ont pas réussi à le faire renoncer à son engagement pour l’Église catholique.

Il est né dans la Pologne méridionale d’une famille de petite noblesse. Il a étudié à un collège jésuite et est entré ensuite au noviciat en 1611. Après des études de philosophie et de théologie à Vilnius, il a été désigné comme curé de l’église de Nezvizh, où il convertit de nombreuses personnes. Après deux ans à cet , il est retourné à Vilnius, où il est demeuré durant 16 ans. Il y devint célèbre pour sa prédication et la création de congrégations dont les membres allaient visiter les prisonniers et enseignaient le catéchisme aux enfants. Lui-même et les membres de ses congrégations se comportèrent avec héroïsme quand la peste frappa Vilnius.

2024-05-15_bobola_wooden

En 1630 il alla à Bobruisk dans l’Est de la Pologne, où la majorité de la population était orthodoxe et où beaucoup de catholiques avaient apostasié, en partie parce qu’ils n’avaient ni prêtres, ni d’églises à eux. Le père Bobola entreprit différentes œuvres dans différentes villes, jusqu’au jour où des problèmes de santé réduisirent ses possibilités et il retourna à Vilnius.

L’accord de l’Union de Brest-Litovsk (1596) avait essayé de résoudre le conflit entre les Églises orthodoxes et catholiques, afin qu’elles puissent coexister. Malheureusement certains orthodoxes rejoignirent les forces du chef Cosaque Bogdan Chmielnicki qui cherchait à chasser les catholiques. En 1655 il réussit à prendre le contrôle d’une grande partie de ce qui est maintenant le Bélarus. C’est alors qu’éclata la guerre entre la Russie et la Pologne. Le 8 août 1655 les troupes du Tsar pénétrèrent dans Vilnius et pillèrent la ville. Le père Bobola se rendit à Pinsk pour encourager les catholiques à rester fermes, et son succès ne fit qu’envenimer le conflit sectaire. Des gens harcelaient le jésuite dans les rues, quand il passait. Deux ans après, les cosaques occupèrent Pinsk, forçant les polonais et les catholiques à s’enfuir dans les forêts. Ensuite ils attaquèrent Janov, où ils massacrèrent les catholiques et les juifs. Le père Bobola se trouvait dans une ville des environs; on informa les cosaques du lieu où il se trouvait.

2024-05-15_bobola_tomb1

Ils commencèrent par l’inviter à renoncer à sa foi. Quand il refusa, ils le déshabillèrent et l’attachèrent à une barrière et le fouettèrent cruellement. Se moquant de sa foi, ils lui placèrent une couronne d’épines sur la tête et le traînèrent jusqu’à l’endroit de son exécution : une boucherie. Comme il continuait à refuser d’apostasier, ils le placèrent sur la table du boucher et le torturèrent cruellement, lui arrachant la peau de la poitrine et du dos et découpant des trous dans les paumes de ses mains. Ils continuèrent à le torturer pendant deux heures avant, finalement, de lui enfoncer un poinçon dans le cœur. Ensuite ils le suspendirent par les pieds et le tuèrent d’un coup de sabre.

Au moment où il mourait une bande de Polonais arriva à Janow pour essayer, vainement, de le sauver. Ils ramenèrent son corps à Pinsk et le placèrent dans la crypte en-dessous de l’église jésuite. Plus tard son corps a été enlevé et placé dans un musée à Moscou; il ne retourna en Pologne qu’en 1923.

2024-05-15_bobola_paiting-podsiadly

Peinture à l’huile réalisée par le frère Bronisław Podsiadły SJ.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations avec les médias.

Articles associés