Le STEP : s’engager pour trouver des solutions aux problèmes environnementaux

Solutions to Environmental Problems (STEP – Solutions aux problèmes environnementaux) est le nom d’un programme académique innovateur qui stimule l’énergie des étudiants autour de défis environnementaux qu’ils identifient eux-mêmes et de solutions positives qu’ils créent. Au STEP, les élèves ne se limitent pas à étudier les problèmes urgents actuels de l’environnement, ils innovent pour leur trouver des solutions. Par exemple, dès le début de cette aventure à l’Institute for Environmental Sustainability (IES - Institut pour la durabilité environnementale) de la Loyola University Chicago (LUC), le STEP a transformé le souci des élèves pour les émissions de carbone en un processus de production de biodiesel (dirigé par les étudiants eux-mêmes) en utilisant des déchets d’huile végétale générés dans le campus et d’autres endroits à Chicago. Le biodiesel sert maintenant de combustible pour tous les bus de notre campus.

Dans l’esprit ignatien, le STEP est un programme académique conçu pour passer de l’éducation à l’action. Et, comme tous les projets inspirés par cet esprit, le STEP a commencé avec un travail d’imagination. Le conseil d’enseignants de la LUC s’est engagé dans un exercice mental : imaginer le campus comme une boîte contenant à l’intérieur tout le travail réalisé dans l’université. Pour faire ce travail, il faut des ressources : énergie, aliments, eau, matériel de bureau, mobilier, ordinateurs et des milliers d’autres choses ; voici ce qui entre dans la boîte (inputs). Ce qui sort de la boîte (outputs) ce sont les déchets : ce qui reste des ressources après leur usage. À la LUC, il y a trois flux principaux de déchets : les émissions des cheminées, les résidus solides (qui vont à la décharge) et les résidus liquides (qui sont éliminés par les égouts). Si l’on réduit les inputs et les outputs, et que l’on utilise de façon plus efficace les ressources de la boîte, la LUC peut devenir un citoyen plus durable et respectueux du monde naturel du point de vue de l’environnement. Voici l’expérience mentale, simple mais vitale, qui a déclenché l’optique du STEP.

Ensuite, il a fallu trouver une manière innovante de placer au centre de ce projet l’éducation et l’action des élèves. C’est alors qu’est née l’idée de permettre aux élèves d’identifier eux-mêmes un défi environnemental dans la LUC et de leur laisser construire la solution. Tous ceux qui ont enseigné les sciences de l’environnement le savent : les données sur la dégradation de celui-ci sont décourageantes et les solutions semblent souvent inatteignables. Les élèves peuvent baisser les bras. Le programme STEP leur donne la capacité d’agir ; il les aide à identifier des problèmes environnementaux locaux accessibles et à construire des solutions efficaces. Pour l’énergie de la jeunesse, même les petits succès font grandir l’espérance. En paraphrasant Gandhi, les élèves commencent à croire qu’ils peuvent être le changement qu’ils aimeraient voir dans le monde.

Identifier les problèmes environnementaux et leur trouver une solution est une affaire de temps. En seulement un ou deux semestres, il peut s’avérer difficile qu’un élève voit le début, le milieu et la fin d’un projet. Pour affronter ce défi, le STEP met en place un modèle innovant d’éducation environnementale collaborative entre élèves de différentes années. Les projets sont conçus et développés sur plusieurs semestres. Un groupe d’élèves d’une année va identifier et « incuber » un projet, puis le faire passer au groupe d’élèves du semestre suivant. C’est ainsi que les étudiants de plusieurs années réalisent le projet sur différents trimestres jusqu’à ce qu’il soit bouclé et intégré au fonctionnement de la LUC. Ce modèle de collaboration entre élèves de différentes années leur permet de suivre le développement d’un projet (et apprendre de lui) même lorsqu’ils changent d’année.

Enfin, le processus STEP pourvoit d’une sensibilité interdisciplinaire les élèves qui travaillent sur un problème environnemental. Les étudiants découvrent des processus de recherche et de développement transversaux, de plusieurs disciplines : sciences naturelles, politiques publiques, communications, sciences économiques, éthique, sciences sociales et sciences de l’éducation. Pour inspirer la prochaine génération de leaders afin qu’ils règlent des problèmes environnementaux, il faut une approche expérimentale, basée sur des données, collaborative et interdisciplinaire.

Le STEP étant une partie intégrante de l’éducation environnementale du IES, il est donc toujours fascinant de songer à ce qui viendra après. Les élèves et les professeurs étudient actuellement l’idée de transformer les restes de nourriture de la cafétéria et les déchets de jardinage du campus en biogaz, pour contrecarrer ainsi l’utilisation de gaz naturel dans le campus. Durant les 12 années déjà écoulées, nous avons eu beaucoup de surprises comme celle-là au fur et à mesure que les étudiants innovaient pour résoudre les problèmes environnementaux « un pas (STEP) après l’autre ».

Voici quelques informations complémentaires sur le projet de biodiesel et deux autres projets du STEP :

Biodiesel. Les élèves du STEP ont développé un plan d’action pour produire du biodiesel à partir des résidus d’huile végétale de la cafétéria du campus. Actuellement, le laboratoire Searle de biodiesel produit plus de 20 % du combustible des navettes du campus, tout en supprimant l’huile végétale du flux de nos déchets et en réduisant l’utilisation de combustibles fossiles.

Uncap Loyola (Décap’Loyola). Cette campagne de deux ans est née parce que les élèves du STEP se sentaient concernés par les injustices causées par la privatisation de l’eau. Le résultat a été l’interdiction de vendre de l’eau en bouteille dans le campus ainsi que l’installation de 50 points d’eau à disposition dans tout le périmètre.

Loyola Farmers Market (Marché de producteurs Loyola). Ce marché a été conçu et planifié par les élèves du STEP pour élargir l’accès aux aliments frais, accessibles et produits localement dans le quartier Rogers Park à Chicago, tout en apportant un soutien aux petits producteurs qui utilisent des techniques durables.

Pour de plus amples informations sur le STEP:

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés