Pâques : pour raviver l’Espérance

Pour le P. Arturo Sosa, Supérieur général des jésuites, le Christ ressuscité nous offre de retrouver l'Espérance nécessaire pour promouvoir la transformation radicale dont notre monde a besoin.

Message du Père Général pour Pâques

Le 4 avril 2021

Célébrer Pâques en cette année 2021, encore en pleine pandémie de COVID-19, c'est confirmer notre confiance qu'une autre vie est possible, qu'une autre façon de nous organiser comme société humaine dans ce monde et dans l'histoire est possible.

Célébrer Pâques, c'est renouveler notre Espérance, car Jésus nous a libérés de la peur de la mort et nous a ouvert le chemin de la sortie de l'esclavage. Le crucifié n'est pas resté enfermé dans le tombeau, comme le voulaient ceux qui l'ont soumis à un processus politico-religieux injuste, au supplice de la passion et l'ont pendu à la croix. Ne cherchons pas Jésus parmi les morts, le tombeau est vide. Le crucifié vit, il est le Ressuscité, il marche devant nous en nous montrant le chemin de la vie nouvelle qui, oui, est possible.

Nous avons besoin de la foi d'Abraham qui nous rend capables de mettre toute notre confiance en Dieu pour laisser derrière nous l'ancienne vie et commencer un voyage que seul le Seigneur connaît ; pour gravir la montagne désignée par Dieu, prêts à sacrifier le fils de nos entrailles, ce que nous chérissons le plus, sachant que Dieu lui-même offre son Fils pour nous donner une vie nouvelle.

Demandons la foi de Moïse, placé à la tête du peuple en marche dans le désert vers la terre promise. Une terre qu'il ne connaissait que parce qu'il avait confiance dans l'alliance avec Dieu qui l'accompagne et le guide vers elle. Recherchons la foi des Prophètes qui, au temps de l'exil, ont su voir les signes de l'action de l'Esprit et ont annoncé le retour à la terre promise, à une vie nouvelle.

La résurrection de Jésus n'a pas été un simple retour à sa vie antérieure, à la normalité de ses relations avec ses disciples, avec sa mère, avec le peuple. Il n'est pas revenu à la normalité de la prédication de ville en ville, guérissant les malades, chassant les démons et étonnant tout le monde par la fécondité de la parole de Dieu proposée avec tant de crédibilité. La Pâque de Jésus, sa vie, sa passion et sa mort sur la croix ont été le passage vers une vie nouvelle, vers la vie de Dieu. Comme la Pâque des Israélites lorsqu'ils ont traversé la mer Rouge, à pied, pour quitter la vie d'esclaves et entrer dans le désert, en direction de la Terre promise.

La résurrection de Jésus est une expérience de transformation radicale très différente d'un retour au passé. Le crucifié-ressuscité ne meurt plus, il a brisé les liens de la mort. C'est très différent de l'expérience de Lazare que Jésus a rendu à sa normalité antérieure, mais qui est mort à nouveau comme tous les êtres humains.

Vivre en 2021 l'expérience de la résurrection de Jésus, c'est s'ouvrir à nouveau à la possibilité de provoquer une transformation profonde des relations qui constituent les structures économiques, sociales et de pouvoir actuelles dans le monde. Les relations et les structures qui provoquent l'inégalité et maintiennent la majorité des êtres humains dans l'esclavage d'une vie sans conditions dignes.

Les profondes transformations, nécessaires pour avancer vers la justice sociale et l'équilibre avec l'environnement qui rapprochent tous les peuples d'une vie humaine digne, est un long chemin semé d'embûches. La terre promise n'était pas sur l'autre rive de la mer Rouge. Il a fallu marcher quarante ans dans le désert et lutter pour la conquérir. La garantie était l'alliance avec Dieu qui accompagne son peuple jour et nuit. Les tentations de faire demi-tour ne manquaient pas. Les difficultés du voyage leur ont fait regretter leur ancienne vie en Égypte. Oubliant les rigueurs de l'esclavage auquel ils étaient soumis, ils se languissaient de l'eau du Nil, de la viande et des légumes dont ils s'étaient rassasiés... Ils étaient fatigués des privations du désert, de ne manger que de la manne...

Plus d'un an de pandémie, sans voir clairement quand et comment nous en sortirons, pèse sur chacun d'entre nous, nos familles, nos villes, nos pays, nos régions... Nous crions au Seigneur à partir de notre douleur pour les pertes humaines, à partir de nos craintes face à un avenir incertain aussi bien à court qu'à moyen terme... Nous nous sentons fatigués et nous ressentons le désir de retourner en arrière, en oubliant que ce que nous vivons aujourd'hui vient de là.

Le Crucifié-Ressuscité nous offre de retrouver l'Espérance nécessaire pour profiter de cette occasion de promouvoir la transformation radicale dont notre monde a besoin. C'est-à-dire d'avancer dans la réconciliation avec l'environnement, avec les autres et avec Dieu.

L'espérance est le don de la Pâque du Seigneur. La célébrer, c'est accepter ce don et mettre la main à la pâte pour transformer le monde. Rejoignons ce courant humain qui le cherche. Le Seigneur nous accompagne avec son Esprit.

Joyeuses Pâques de la Résurrection !

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés