L’Année ignatienne : partir d’une blessure pour voir les choses autrement

Voilà presque deux ans que des jésuites en Espagne ont identifié le 500e anniversaire de la bataille de Pampelune, durant laquelle Ignace a été gravement blessé, comme une occasion de réflexion, de renouvellement spirituel même. C’est d’Espagne que sont venues les premières idées d’images, de logos, de projets qui se sont concrétisés sous le vocable « Ignatius 500 ». Partout dans les Provinces jésuites, on vit maintenant de cet élan. Nous avons rencontré José María Olaizola, Secrétaire des services de communications de sa Province – mais aussi supérieur d’une communauté jésuite de Madrid et consulteur du Provincial d’Espagne – pour qu’il nous parle de l’Année ignatienne.

José María Olaizola, quelle importance accordez-vous à ce projet, personnellement et en tant que responsable des services de communication de la Province ?

Le projet offre d’énormes possibilités à trois égards. D’une part, en nous montrant une lecture croyante et pleine d’espoir des blessures, dans la vie d’Ignace, dans la spiritualité ignatienne et fondamentalement dans l’expérience du chrétien. C’est aussi l’occasion de faire connaître le parcours d’Ignace à de nombreuses personnes qui ne le connaissent pas et qui pourraient être séduites par une vie qui, malgré les siècles de distance, n’est pas si différente de nos vies accélérées et incertaines. Troisièmement, cela peut être une incitation à dynamiser les activités, les présentations et à pouvoir renouveler non seulement le regard, mais aussi certains discours.

En ce qui concerne la communication, Elena Rodríguez-Avial dirige toute la communication liée à Ignatius500, et elle fait un travail magnifique.

C’est certainement l’occasion de rendre la créativité visible. Ce que je trouve le plus intéressant, c’est non seulement de pouvoir dire ce qui se fait, mais aussi d’expérimenter les possibilités du réseau pour l’échange de matériel et d’expériences, afin de ne pas avoir à multiplier les propositions, mais de les rendre aussi universelles que possible. D’une certaine manière, il s’agit du premier centenaire ignatien du monde en réseau. En ce sens, la page Ignatius500de la Province d’Espagne me semble être sur la bonne voie, et j’espère qu’elle sera d’une grande utilité.

2021-05-27_iy-spain_jmo1

Qu’est-ce qui vous motive particulièrement ?

C’est que nous pouvons vraiment nous laisser surprendre. Peut-être vivons-nous une époque de « blessures » dans l’Église, dans la Compagnie de Jésus et dans la société. Normalement, nous avons toujours recours à toutes les recettes bien apprises et aux solutions déjà adoptées. Et ce que la conversion de saint Ignace nous montre, c’est que ce n’est pas la voie à suivre. Que, plutôt, nous devrions apprendre de cet Ignace qui se laisse désinstaller et se retrouve là où il n’aurait jamais imaginé.

Comment pensez-vous que les gens, les jésuites et les membres de la famille ignatienne, seront atteints et touchés ?

Quant aux jésuites, je ne sais pas quoi répondre. Dans cette Compagnie, je pense qu’il y a des gens de toutes sortes. Il y aura donc ceux qui ne seront pas touchés et il y aura ceux qui pourront commencer à « voir toute chose nouvelle en Christ ». Et entre les deux, il y a un large éventail d’attitudes : accueil, collaboration, curiosité ? Quant à la famille ignatienne, c’est l’occasion de parler de spiritualité sous un angle différent. Sortir du langage que nous avons déjà domestiqué, et partir de quelque chose auquel nous n’avons pas prêté autant d’attention auparavant, comme cette blessure qui comporte tant d’évocations.

Le témoignage d’Elena Rodríguez-Avial, coordonnatrice du Bureau des communications de la Province d’Espagne

Ce qui me stimule et m’encourage le plus dans cette tâche de communication de l’Année ignatienne, c’est de faire connaître la spiritualité ignatienne. Je crois qu’en elle, beaucoup d’hommes et de femmes trouvent un moyen de communiquer avec le Créateur et d’œuvrer pour un monde meilleur pour tous. La plupart des initiatives que la Province d’Espagne a préparées visent à promouvoir cette spiritualité, dans différents domaines et sous différentes perspectives. Puissions-nous y réussir !

Elena Rodríguez-Avial
2021-05-27_iy-spain_era
Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés