Jorge Serrano : 10 ans de service dans l’équipe de l’Économat général

« Au cours des dix dernières années, le père Jorge Serrano a servi la Compagnie de Jésus en développant des bureaux et des stratégies pour accroître l'activité philanthropique des Provinces et des Régions. Grâce à son travail acharné, nous disposons de plus de connaissances et de compétences pour inviter nos amis et collaborateurs à partager et à soutenir notre mission. En outre, il existe maintenant une vaste bibliothèque et un bon nombre de ressources pour aider ceux qui cherchent à développer et à accroître ces efforts. Jorge terminera son service dans cette fonction à la fin du mois de juin 2020 et il retournera dans sa Province, la Colombie. Le bureau de l'Économe général continuera à s'appuyer sur ce que Jorge a développé en assurant la liaison et en étant le principal soutien, pour les Conférences et les Provinces ou Régions, des bureaux pour la philanthropie et l'apostolat auprès de nos collaborateurs au service de l'Église et du monde. »

C'est ainsi que le père Thomas McClain, Économe général, a annoncé le départ de Jorge Serrano de la communauté jésuite de la Curie générale dans quelques mois. C'est aussi un hommage aux efforts et à l'enthousiasme que le père Serrano a consacrés à cette tâche difficile d'aider les jésuites, partout dans le monde, à améliorer leurs relations avec ceux qui croient en la mission de la Compagnie et qui ont les moyens de la soutenir. Nous avons rencontré l'adjoint de l'Économe général pour les ressources de développement et lui avons demandé de commenter son engagement au service de la Compagnie de Jésus universelle au cours de la dernière décennie.

2020-04-20_serrano_directors

Jorge Serrano, qu’est-ce que votre travail a changé dans les habitudes et les manières de faire de la Compagnie au cours de ces dix dernières années ?

Je crois que la plus grande réussite a été de retrouver la vision ignatienne dans notre relation avec les bienfaiteurs de la mission en deux dimensions. La première est qu'ils ne donnent pas aux jésuites, mais à la mission du Christ menée par la Compagnie de Jésus. La deuxième dimension a été d'être à nouveau reconnaissant envers tous ceux qui contribuent à cette mission, que ce soit en temps, en argent ou en biens matériels.

Comment avez-vous tenu compte des situations socio-économiques si différentes d’une Province à l’autre pour aider chacune à renforcer ses activités de développement et de philanthropie ?

Je pense qu'il n'y a pas de pays riches ou pauvres. Il y a des pays la richesse est concentrée dans les mains de quelques personnes. Mon discours était le même. Tout d'abord, 90 % des donateurs donnent parce que quelqu'un leur a demandé de le faire. Deuxièmement, cette invitation doit être accompagnée d'un projet qui a un impact sur la vie des gens. Saint Ignace savait mendier dans les rues, dans les palais des cardinaux et auprès des marchands flamands, pour des prostituées ou pour les étudiants du Collège romain et sa lettre de présentation était l'effet qu'il produisait dans la vie des gens.

2020-04-20_serrano_nairobi

Quels ont été les principaux obstacles que vous avez rencontrés ?

Je les réduirai à un seul. Les jésuites des 50 dernières années, dont je suis, ont été formés comme des "enfants du roi", qui ne savent pas d'où viennent les ressources dont ils disposent. Nous nous sentons riches, quelle que soit la Province que nous servons. Dans cette mesure, nous n'avons aucun intérêt à rechercher des bienfaiteurs. Retrouver notre capacité à compter sur des hommes et des femmes engagés dans la mission de la Compagnie en tant que bienfaiteurs nécessite une révision des plans de formation qui intègrent la dimension de la pauvreté des profès et celle d'être mendiants.

Qu’est-ce que vous espérez que les gens que vous avez assistés retiennent de vous, de vos conseils, de votre expérience ?

Ici encore, une seule chose. Que lorsque leur supérieur leur confiera une mission autre que celle de directeur du bureau de développement, ces jésuites continuent à inviter leurs amis, leurs paroissiens, les personnes qui font les Exercices spirituels avec eux, leurs anciens élèves et leurs familles, à maintenir leur participation en tant que bienfaiteurs dans la mission qu'ils accomplissent. Non seulement pour leur œuvre propre, mais aussi pour l'ensemble de la mission dans leur Province et dans le reste de la Compagnie.

2020-04-20_serrano_timor-est
Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés