Un monde blessé réclame la guérison

Par John Dardis SJ, Conseiller général pour le discernement et la planification apostolique

La justice réparatrice : comment peut-elle contribuer à promouvoir la réconciliation ? Et à propos de La pandémie de la COVID, comment les grandes religions du monde réagissent-elles ? Tels sont les principaux thèmes abordés par le Conseil du Père Général lors d’une semaine spéciale de discussions du 16 au 19 décembre.

Nous avons été aidés par Guido Bertagna et Julian Carlos Ríos Martín, tous deux experts en justice réparatrice, et par James Hanvey, secrétaire au service de la foi.

Des idées clés ont émergé : Dans les procédures judiciaires normales, les trois questions principales sont
- La loi a-t-elle été violée ?
- Qui l’a fait ?
- Que mérite la personne ?

Dans la justice réparatrice, les questions sont radicalement différentes :
- Qui est blessé ?
- Quels sont leurs besoins ?
- Qui doit répondre à ces besoins ?

Les désaccords portent souvent sur la signification des faits pour les différentes parties concernées, et non sur les faits eux-mêmes, par exemple un vol ou un meurtre.

Guido Bertagna nous a laissé une question pour la réflexion : quels sont les domaines de ma vie et de mon histoire les plus difficiles à aborder pour moi... Ou encore de l’histoire et de la vie de la Compagnie, de l’histoire du monde ?

James Hanvey a mené une discussion autour de divers documents préparés par les conseillers du Père Général pour le dialogue interreligieux. L’accent a été mis sur la manière dont les différentes traditions religieuses répondent à la pandémie de la COVID. Les grandes religions du monde sont une force sociale et politique ainsi que des sources de résilience et de sens spirituel. Les religions des peuples indigènes fournissent également des cadres de compréhension et des ressources pour répondre aux différents niveaux de l’impact d’une pandémie. Aucune des religions n’adopte une approche passive et fataliste, mais elles voient toutes dans ces crises un moyen d’approfondir le sens de notre humanité commune, de notre place dans la nature et des responsabilités que nous avons les uns envers les autres et envers la planète. L’âme et l’imagination doivent également être nourries et guéries afin que la véritable profondeur de la transcendance humaine puisse devenir une source de vie et de compassion.

Nous n’avons pas souvent l’occasion de discuter ensemble des grands thèmes. Cette semaine a été spéciale en ce sens pour les membres du Conseil du Père Général : Une semaine de grâce, une semaine de prière, une semaine de réflexion profonde.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés