L’intérêt de saint Ignace pour l’Afrique – Royaume du Kongo

Une série de blogs préparés par l'ARSI (les Archives de la Compagnie de Jésus à Rome) en vue de l'Année ignatienne.

Par Festo Mkenda, SJ - Historien

4. Saint Ignace et le royaume du Kongo

D'après ce qu'aurait su Ignace, le royaume du Kongo, situé dans la partie occidentale de l'Afrique centrale (à ne pas confondre avec l'actuelle République démocratique du Congo ou la République du Congo), n'était qu'un autre endroit en Éthiopie. L'appellation « Éthiopie » désignait une grande partie du continent africain, un peu comme quand on parle aujourd'hui de l’Afrique subsaharienne. Ignace, comme d'autres, a utilisé « Afrique » plus spécifiquement pour désigner la partie du continent située au nord du Sahara. Ainsi, dans sa lettre de juillet 1550 à Juan de Vega (1507-58), vice-roi de Sicile, qui commandait une campagne dans la Tunisie d'aujourd'hui, Ignace s'adressait à « l'armée en Afrique ». D'autres premiers jésuites ont suivi cet usage, désignant simplement chaque endroit de l'Afrique subsaharienne par le terme « Éthiopie ». Dans une lettre de 1561, par exemple, le prêtre jésuite André Fernandes écrivait : « Je suis ici à Kaffraria, c'est-à-dire en Éthiopie, non loin du Cap de Bonne Espérance ».

Dans cette conception générale, les premiers jésuites envoyés au Kongo pensaient se rendre en Éthiopie. Le Kongo était le seul royaume catholique de toute l'Afrique. Les rois du Kongo avaient un contrôle direct sur les opérations de l'Église. Ils ont fait appel à des prêtres à Lisbonne et à Rome, et la Compagnie de Jésus, nouvellement établie, est appelée à fournir les missionnaires nécessaires. En 1548, les quatre premiers jésuites atteignent Mbanza-Kongo, la capitale du Kongo. Ce résultat a été obtenu en grande partie grâce à la médiation du prêtre et ambassadeur kongolais Diogo Gomes (mort en 1560).

Les liens entre Ignace et la mission du Kongo peuvent être établis par de multiples sources. En tant que Général, il a reçu des mises à jour régulières sur le Kongo de la part du Provincial du Portugal. Dans une lettre de juillet 1550 à Simon Rodrigues (1510-79), Ignace lui-même a inclus le Kongo dans la liste des missions qui pourraient bénéficier d'une indulgence jubilaire spéciale accordée par le pape Jules III (1487-1555, r.1550-55), d'autres incluant l'Inde, le Brésil et, de manière significative, l'Afrique.

L'ambassadeur Gomes est le meilleur lien que nous ayons entre Ignace et le Kongo. Kongolais d'origine portugaise, Gomes est entré dans la Compagnie en 1549 sous le nom de Cornelius Gomes, devenant probablement le premier jésuite de l'histoire né en Afrique. Dans une lettre de juillet 1552 à Ignace, Gomes a informé le Général sur les espoirs de la mission du Kongo, qui connaissait des problèmes. Gomes a très probablement joué un rôle majeur dans la production d'un catéchisme kikongo qui a été imprimé pour la première fois en 1556, et qui serait à la base d'une version de 1624 qui existe toujours. Conformément aux instructions qu'Ignace avait préparées pour l'Éthiopie, Gomes et les autres jésuites du Kongo ont créé des écoles pour les jeunes. Ignace avait une haute opinion de Gomes et envisagea même de le proposer pour être nommé patriarche de l'Éthiopie.

La mission des jésuites au Kongo, désormais sous la direction de Gomes, était embourbée dans des disputes sur ce qui devait être une interprétation et une pratique correctes de la foi. Ces questions ont eu de graves conséquences politiques. Incapables de s'intégrer dans une Église locale qui ne céderait pas à une autre théologie que la sienne, les jésuites quittent le Kongo en 1555. La première mission des Jésuites en Afrique subsaharienne du vivant de Saint Ignace s'était également terminée de son vivant.

2021-03-23_arsi4_ph4-1

Fig. 4.1. Carte du Royaume du Kongo [en cours de création].

2021-03-23_arsi4_ph4-2

Fig. 4.2. Représentation de Mbanza-Kongo, également connu sous le nom de São Salvador, au 17e siècle.

2021-03-23_arsi4_ph4-3

Une vue des vestiges de la cathédrale de Mbanza-Kongo du 16e siècle (© INPC).

2021-03-23_arsi4_ph4-4

Fig. 4.4. Frontispice du catéchisme de Kikongo de 1624.

2021-03-23_arsi4_ph4-5

Fig. 4.5. Un crucifix de l'époque des premières évangélisations au Kongo.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés