Le Pape François n’oublie jamais les réfugiés – Lettre au Centro Astalli

Cette photo, prise au début de son pontificat - et avant l’ère de la distanciation sociale - a été prise lors de la première visite du Pape François au Centro Astalli de Rome, l’antenne du JRS (Service jésuite des réfugiés) en Italie. Nous savons tous combien le sort des réfugiés a été et est toujours une vive préoccupation pour François. Il a visité des camps de réfugiés à diverses reprises pour en donner la preuve.

Il y a deux semaines, le directeur du Centro Astalli, le P. Camillo Ripamonti, a eu la surprise de recevoir une lettre du pape. Celui-ci remerciait le Centre social de lui avoir fait parvenir une copie de son rapport annuel 2020. Considérant le nombre de documents qui sont envoyés au Saint-Père, le fait qu’il se soit donné la peine non seulement de prendre connaissance du rapport mais d’écrire une lettre à son sujet est un témoignage fort de l’appréciation que le pape accorde au travail du JRS.

Le Pape François écrit : « Je tiens à vous remercier sincèrement, ainsi que votre personnel et les bénévoles, pour le courage avec lequel vous relevez le ‘défi’ de la migration, en particulier en cette période délicate pour le droit d’asile, alors que des milliers de personnes fuient la guerre, la persécution et de graves crises humanitaires. Que votre exemple inspire à la société un engagement renouvelé en faveur d’une véritable culture de l’accueil et de la solidarité.

Mes pensées vont également aux réfugiés que vous accueillez avec un amour fraternel : je suis spirituellement proche de tous par la prière et l’affection et je les invite à avoir confiance et espoir en un monde de paix, de justice et de fraternité entre les peuples. »

2020-06-05_astalli-papa_door

Dans l’univers jésuite, cette proximité, cet amour fraternel de François envers les réfugiés s’est manifesté de manière éloquente dans l’appui qu’il a donné à la section « Migrants et Réfugiés » du Dicastère pour le développement humain intégral. En choisissant, en décembre dernier, de faire du responsable de cette section, le jésuite Michael Czerny, un des cardinaux de l’Église, il soulignait combien le travail de cette équipe est central dans sa manière de voir la présence de l’Église dans le monde actuel.

La section « Migrants et Réfugiés » a été et est encore très active en cette époque de la pandémie de la COVID-19. Elle a publié plusieurs documents et a suscité plusieurs actions dans le cadre d’une campagne intitulée « COVID-19 : personne ne doit être oublié ». De fait, le piège est là : quand les gens - ou les peuples - font face à des difficultés réelles, ils peuvent se centrer sur leurs propres intérêts et oublier ceux et celles qui vivent aussi des drames existentiels majeurs. C’est le cas de tant de réfugiés de par le monde.

Dans son dernier bulletin hebdomadaire, la campagne « Personne ne doit être oublié » met en lumière des initiatives de diverses Églises nationales, de congrégations religieuses ou de centres sociaux qui aident les migrants et les réfugiés à comprendre la pandémie et à prendre les moyens nécessaires pour se préserver de la maladie. Tout cela pour mettre en pratique le vœu du Pape François qui a affirmé : « Nous ne pouvons vaincre cette urgence qu’en agissant en tant que communauté mondiale unie. »

Pour avoir accès à l’ensemble des documents de cette campagne, cliquez ici.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés