7 janvier : C’est Noël en Orient !

Par Germano Marani, SJ

« Le Christ est né ! Glorifions-le ! » C'est le souhait de Noël en Slavie orientale. Noël tombe soit le 25 décembre, soit le 7 janvier. Le décalage des dates est dû au fait que certaines Églises orthodoxes et gréco-catholiques utilisent encore le calendrier julien. Le pape Grégoire XIII a modifié l'ancien calendrier introduit par Jules César (d'où Julien), et les jours compris entre le 5 et le 14 octobre 1582 ont été supprimés, pour des raisons de calcul scientifique, Mais pour de nombreuses Églises, Noël est resté le 7 janvier.

Dans celles-ci, le jeûne, appelé "jeûne de Philippe", Filippovka, (car il commence après la fête de l'apôtre saint Philippe) et la prière durent 40 jours, et comprennent l'abstention de viande les mercredi et vendredi, mais certains s'abstiennent pendant tout le « carême de Noël ». La veille de Noël, le jeûne est plus sévère et prévoit pour les adultes un jeûne total ou seulement du blé et des fruits bouillis ; il se termine par l'apparition de la première étoile dans le ciel ; on va généralement à l'église, et on embrasse l'icône de la Nativité : « Une joie jamais éprouvée est arrivée sur la crèche, et une étoile brillante illumine le monde entier » (chant traditionnel), « la joie de la naissance de Celui que le Ciel ne peut contenir vient du sein d'une femme (l'une d'entre nous) ».

Le repas de la Veille de Noël comprend 12 plats traditionnels (comme les Apôtres et les mois de l'année), de légumes ou de poisson. Le père de famille, avec de l'eau bénite, bénit la cour et la maison, pièce par pièce ; il invite les convives à la table, après avoir récité le Notre Père et une prière à la Mère de Dieu et avoir allumé des bougies. Le plat le plus traditionnel, le Kutya, est composé de blé cuit dans l'eau et assaisonné de miel, de noix, de raisins secs et de graines de pavot. Il y a un panier de Kutya, couvert, pour les morts qui ne sont plus là et qui pourraient ainsi participer à la fête. Le Kutya a des parallèles évidents avec le Kolliva grec (grain bouilli dans l'eau, cuit avec du miel) en l'honneur des morts. Autre plat typiquement ukrainien, mais pas seulement, les raviolis (Varenichki) qui sont farcis de différentes manières : pommes de terre ou champignons et autres ingrédients. La veille de Noël, les plats du repas de Noël sont également préparés, à base de viande, pour la fête. Le pain de Noël est cuit dans un four à bois si possible, ainsi que les excellents desserts.

2021-01-07_eastern-xmas_carols

À la fin du repas, après les prières, les enfants sont libres d'aller chanter des chants de Noël aux familles de leurs voisins ou de leurs connaissances. Ils chantent les "koliada" (ou Koliadky), des chants de Noël de tradition ancienne, chantés à la fois pendant le dîner, le Sviati Vecher (la Sainte Cène) et précédemment à l'église entre les prières des Matines et la Divine Liturgie (la Sainte Messe). Les parents restent à la maison pour attendre les autres enfants qui viennent chanter, leur offrant des biscuits. Les chanteurs racontent la naissance de Jésus et offrent des vœux pour la nouvelle année, en se présentant au maître de maison. En chantant, ils portent une comète en procession, en faisant sonner une cloche. Ils sont habillés en anges, bergers et mages, mais aussi en diables, guerriers, vieilles femmes laides qui veulent perturber le chant : des personnages créés à partir de croyances populaires et de contes de fées, typiques des peuples slaves et nordiques qui revivent des exploits incroyables à travers les histoires transmises par leurs grands-parents.

Le matin de Noël, tout le monde va à l'église pour participer à la Divine Liturgie. Une représentation de la Nativité a lieu à l'intérieur de l'église si le temps est trop froid. Après le déjeuner, les parents font également la tournée de la parentée et des amis pour échanger des vœux, en chantant des chants de Noël avec conviction. Les célébrations de Noël se poursuivent avec les fêtes des Trois Hiérarques (Basile, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome), avec le Baptême au Jourdain au cours duquel se fait la bénédiction de l'eau dans les fontaines des places du village ou dans les églises, même pour ceux qui ne vont pas souvent à l'église.

En Russie, mais pas seulement, il est très populaire de se plonger dans l'eau glacée, depuis une ouverture en forme de croix dans la glace d’un lac gelé : un rappel du baptême du Christ et du baptême des croyants. Il y a la fête de la Jolka : autour du sapin de Noël installé la veille du jour de l'an pour les Églises qui suivent le calendrier julien, décoré de guirlandes, de lumières et de sucreries : les gens se rassemblent pour chanter et célébrer Noël ensemble. La crèche (Vertep) devient également populaire dans certains pays catholiques orthodoxes ou byzantins. L'exposition de crèches réalisées par des enfants, qui se tient chaque année à Noël dans la cathédrale orthodoxe du Christ Sauveur à Moscou, où est conservée une crèche napolitaine reçue en don il y a quelques années, est une nouveauté. Les amis offrent, cette année en photo seulement, les crèches faites par les enfants des écoles primaires et des classes de catéchisme de Mantoue et de Rome (Italie).

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés