Homeboy Industries reçoit le prix humanitaire Hilton 2020

Rien n’arrête une balle comme un travail.

Père Greg Boyle

Ce simple slogan a été la genèse d’un ministère qui allait changer à jamais l’Est de Los Angeles. Ce faisant, ce ministère allait devenir une source d’inspiration mondiale pour ceux qui cherchaient à faire sortir les marginaux de la pauvreté, à briser le cycle de la violence et de l’incarcération. C’est ce slogan que le père Greg Boyle, un prêtre jésuite de Californie, a utilisé comme base pour une initiative qu’il a appelée « Homeboy Industries ». Lancée en 1988 au centre de Boyle Heights - alors la zone où les gangs étaient les plus actifs aux États-Unis - Homeboy Industries (« Jobs for a Future ») s’adressait aux anciens membres de gangs et aux personnes récemment incarcérées en leur proposant un mélange de conseils en matière de santé mentale et sociale, de formation professionnelle et services juridiques.

Au cours de ses 32 années d’existence, Homeboy Industries est passé d’un ministère soutenu par des bénévoles au service d’une une personne à la fois à partir de l’église Dolores Mission Church, à une institution de 23 millions de dollars par an avec son propre campus pour accueillir les affaires de 7 entreprises sociales. Aujourd’hui, Homeboy Industries emploie 300 personnes, qui ont toutes suivi le programme par lequel passent plus de 8.000 stagiaires chaque année. Ensemble, ils gèrent les entreprises Homeboy Bakery, Homegirl Café & Catering, Homeboy/Homegirl Merchandise, Homeboy Farmers Market, Homeboy Silkscreen & Embroidery, Homeboy Grocery et le Homeboy Café & Bakery de l’aéroport international de Los Angeles.

2020-08-04_homeboy-hilton_fg

32 ans de ministère est un exploit impressionnant de service soutenu à une communauté historiquement mal desservie. Mais cela ne suffirait pas pour mériter à lui seul, le prix humanitaire Conrad N. Hilton. Ce plus grand prix humanitaire annuel est décerné aux organisations à but non lucratif. Chaque année, la fondation remet un prix de 2,5 millions de dollars. Créé en 1996, ce prix permet d’honorer la vie de Hilton et son dévouement aux efforts humanitaires, à une organisation à but non lucratif qui fait preuve de « contributions exemplaires et extraordinaires pour soulager la souffrance humaine ». Si Homeboy Industries a attiré l’attention avec ses trois décennies de service, ce qui a le plus impressionné les juges, c’est la façon dont le ministère a changé non seulement l’Est de Los Angeles, mais aussi des œuvres similaires dans le monde entier.

En termes de chiffres, Homeboy Industries est impressionnant. Il collecte 23 millions de dollars par an dont 14 millions de dollars de fondations, 7 millions de dollars des entreprises de Homeboy Industries et 1 million de dollars de subventions gouvernementales. Sur ces 23 millions de dollars, la TOTALITÉ est dépensée dans le cadre du programme pour ses plus de 8.000 stagiaires, 300 employés, 7 entreprises sociales, l’effacement des tatouages, l’aide médicopsychologique et des programmes de formation complets y compris des sujets allant de la gestion de la colère et du rétablissement des toxicomanies au développement spirituel et aux finances personnelles. Mais le programme ne se limite pas uniquement à l’autosuffisance ou à la gestion d’une entreprise efficace. La véritable force de Homeboy Industries se situe au-delà des chiffres.

Chaque semaine, 15 personnes passent un entretien pour un emploi chez Homeboy Industries. Toutes, elles ont fait partie d’un gang et ont été incarcérées. Et après leur libération, elles ont été testées sans drogue. Homeboy prend les cas les plus difficiles par le biais de la « discrimination à rebours » : les candidats qui sont les plus à risque, les plus indésirables pour un emploi traditionnel, passent en tête de liste. Selon le père Greg, ou « père G » comme on l’appelle dans la rue, « si Homeboy ne veut pas aider, il n’y a aucun autre endroit dans le comté qui le peut ».

En ce qui concerne la formation, Homeboy utilise les affaires de ses entreprises sociales comme programmes de formation. Dans la plupart des cas, ces stages sont les premiers emplois qu’ils ont faits dans leur vie. Le père G considère la formation comme une étape cruciale pour briser le cycle de la criminalité et de l’incarcération : « Nous leur montrons qu’ils PEUVENT être fiers d’une bonne journée de travail et subvenir aux besoins de leurs proches. Nous leur montrons qu’ils comptent, qu’ils sont utiles ». Cette formation est complétée par des cours de développement personnel et d’éducation, ainsi que par un programme qui est devenu un service essentiel de Homeboy Industries : l’effacement gratuit des tatouages.

Au début du développement du ministère, le père G a reconnu que les tatouages peuvent sérieusement entraver la capacité des anciens membres de gangs à obtenir un emploi régulier. Malheureusement, l’enlèvement des tatouages est douloureux et peut être assez coûteux, nécessitant parfois jusqu’à un an et 20 traitements : presque toujours au-delà des moyens des Homeboys et des Homegirls. Conscient de ce besoin, le père G a ajouté une clinique d’effacement des tatouages au laser sur place à Homeboy Industries pour fournir ce service gratuitement. En 2020, la clinique avait déjà effacé plus de 50.000 tatouages d’anciens membres de gangs.

2020-08-04_homeboy-hilton_grooup

Tous ces services, ainsi que la réputation que le père G a gagné dans la rue pendant trois décennies, ont créé un programme qui est respecté par la communauté, et clair dans sa mission. Pour de nombreux stagiaires potentiels, généralement aigris et cyniques, qui franchissent la porte pour la première fois, le fait de voir des gens comme eux - avec des antécédents et des histoires personnelles similaires - qui sont prêts à les aider, fait de Homeboy Industries plus une famille qu’une entreprise. Comme l’a fait remarquer un stagiaire, « je ne savais pas à quel point j’étais brisé jusqu’à ce que Homeboy me laisse guérir ».

Et ça marche.

À l’automne 2017, l’UCLA a conclu une étude sur les taux de récidive qui comparait Homeboy Industries à d’autres programmes post-incarcération. L’étude a révélé que, alors que les programmes traditionnels de post-incarcération affichaient un taux de récidive moyen de 70% ou plus, les stagiaires de Homeboy Industries récidivent à moins de 30%. La nouvelle de ce succès a eu pour conséquence que plus de 15.000 visiteurs franchissent les portes de Homeboy Industries chaque année pour voir comment le programme fonctionne, y compris des visiteurs d’autres pays. Lors d’une visite de Homeboy Industries par le Père Général Arturo Sosa, le père G a remarqué que « nous donnons volontiers ce que nous faisons à tous ceux qui veulent nous imiter pour aider nos voisins, ceux qui sont le plus dans le besoin ».

Au cours des prochains jours, nous publierons les histoires personnelles de certains des Homeboys et Homegirls qui ont changé leur vie avec l’aide du père G et des Homies.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés