Un appel à la justice sociale au sein de l’économie numérique

Par Cedric Prakash SJ*

La Journée mondiale de la justice sociale (20 février) est célébrée cette année à une époque extrêmement difficile dans le monde entier. Les premiers signes de la pandémie ont déjà été observés dans certaines régions du monde en décembre 2019, mais ce n'est qu'après la mi-février 2020 que la gravité de la situation s'est réellement installée. Les gouvernements du monde entier, les agences des Nations unies comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sont alors entrés dans une véritable frénésie. L'effort concerté ne visait pas seulement à enrayer les décès, à contenir la pandémie de COVID-19, mais aussi à trouver des moyens de prévention et de traitement efficaces pour lutter contre ce qui est considéré comme le virus le plus meurtrier de l'humanité ces derniers temps.

Les pays et les villes ont été bouclés, les voyages internationaux et nationaux ont été interrompus, les usines, les bureaux et les établissements d'enseignement ont été fermés. Toute la vie quotidienne normale, que la plupart des gens considéraient comme allant de soi, a été terriblement perturbée ou s'est arrêtée net. Les économies, en particulier celles des nations les plus pauvres, ont été anéanties. Pendant près d'un an, une « nouvelle normalité » a commencé à émerger : on l'appelle « travail à domicile » ; en bref, cela signifie qu'il faut disposer d'un appareil numérique, qu'il s'agisse d'un ordinateur ou d'un téléphone intelligent, et bien sûr d'une connexion internet stable. Des millions de personnes ont donc trouvé un peu de réconfort dans cette situation ; les étudiants ont eu des cours en ligne, des discussions et même des réunions officielles ont eu lieu dans le cadre de webinaires.

2021-02-19_wdsj_street

Pour beaucoup, cette nouvelle forme de travail a cependant engendré toute une série de défis et de préoccupations : qu'en est-il de ceux dont la vie et les moyens de subsistance sont centrés sur le travail physique au quotidien : les travailleurs sur un chantier de construction ou encore les vendeurs itinérants ? Qu'en est-il de ceux qui n'ont pas les moyens d'acheter un de ces gadgets sophistiqués ou qui n'ont pas accès à une bonne connectivité ? Si la pandémie a créé les environnements de travail à distance par le biais de plateformes numériques, elle a également provoqué une fracture numérique car plusieurs facteurs ont eu une influence négative sur les possibilités de travail. Il est donc approprié que le thème choisi pour la Journée mondiale de la justice sociale soit "Un appel à la justice sociale au sein de l'économie numérique", en vue de répondre à ces défis et préoccupations.

La présentation du thème indique que « l'économie numérique transforme le monde du travail. Au cours de la dernière décennie, l'expansion de la connectivité à large bande, de l'infonuagique et des données a conduit à la prolifération des plateformes numériques, qui ont pénétré plusieurs secteurs de l'économie et des sociétés. Depuis le début de l'année 2020, les conséquences de la pandémie de la COVID-19 ont conduit à la mise en place de dispositifs de travail à distance et ont permis la poursuite de nombreuses activités commerciales, renforçant encore la croissance et l'impact de l'économie numérique. La crise a également mis à nu et exacerbé la fracture numérique croissante au sein des pays développés et en développement, notamment en ce qui concerne la disponibilité, l'accessibilité financière et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication et l'accès à l'internet, aggravant ainsi les inégalités existantes ».

2021-02-19_wdsj_pcs

Il y a certainement des aspects positifs dans une économie numérique et l'on peut continuer ‘ad nauseam’ à souligner certains des avantages que les plates-formes numériques ont apportés à cette époque moderne. Malheureusement, un regard plus objectif sur la réalité montrera clairement l'impact négatif qu'elle a sur des millions de personnes.

Le travailleur ordinaire est le plus touché par l'économie numérique. L'une des images les plus pathétiques que l'on puisse voir sur les écrans de télévision et dans la presse écrite est celle de travailleurs migrants venant de tous les États du Sud de l'Inde et revenant des grandes villes vers leurs domiciles dans les zones rurales, au plus fort de la pandémie. Il s'agissait d'hommes et de femmes pour qui les plateformes numériques ne signifient absolument rien.

Ce n'est pas sans raison que le pape Léon XIII, dans son encyclique révolutionnaire de 1891, Rerum Novarum, a écrit que « lorsqu'il s'agit de défendre les droits des individus, les pauvres et les malheureux ont droit à une considération particulière. La classe riche dispose de nombreux moyens pour se protéger et a moins besoin de l'aide de l'État, tandis que la masse des pauvres n'a pas de ressources propres sur lesquelles s'appuyer et doit principalement dépendre de l'aide de l'État ». Cent ans plus tard, en 1991, Jean-Paul II a déclaré dans son encyclique Centesimus Annus : « La justice ne sera jamais pleinement atteinte si les gens ne voient pas dans le pauvre, qui demande de l'aide pour survivre, non pas une gêne ou un fardeau, mais une occasion de faire preuve de bonté et une chance d'enrichissement ».

2021-02-19_wdsj_migrants

En mai dernier, le Pape François s'est exprimé avec force sur le sort des travailleurs migrants en disant : « Je veux défendre tous les travailleurs exploités et j'invite chacun à faire de la crise (la pandémie) une occasion de remettre la dignité de la personne et la dignité du travail au centre des choses ».

L'économie numérique a donc engendré une pléthore de problèmes liés à la justice ; une réalité similaire est apparue dans le sillage de la révolution industrielle. Les Nations unies espèrent que la commémoration de la Journée mondiale de la justice sociale de cette année soutiendra « les efforts de la communauté internationale pour rechercher des solutions permettant d'atteindre le développement durable, l'éradication de la pauvreté, la promotion du plein emploi et du travail décent, la protection sociale universelle, l'égalité des sexes et l'accès au bien-être social et à la justice pour tous ». Pour faire de ce noble idéal une réalité, il faudra certainement non seulement une volonté politique, mais aussi la collaboration active et l'engagement de toutes les personnes de bonne volonté.

* Cedric Prakash, jésuite de la Province de Gujarat, est un auteur et militant des droits humains, de la réconciliation et de la paix.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés