L’intérêt de saint Ignace pour l’Afrique – Afrique subsaharienne

Une série de blogs préparés par l'ARSI (les Archives de la Compagnie de Jésus à Rome) en vue de l'Année ignatienne.

Par Festo Mkenda, SJ - Historien

5. L'influence de saint Ignace en Afrique subsaharienne au 17e siècle

Le retrait des jésuites du royaume du Kongo en 1555 n'a pas mis fin à leur présence en Afrique subsaharienne. Les efforts de saint Ignace pour l'Éthiopie commençaient à porter leurs fruits, puisque les jésuites y établirent une mission en 1557, un an après la mort du fondateur. Trois ans plus tard, en 1560, trois Jésuites sont entrés dans des régions qui relèvent aujourd'hui du Mozambique et du Zimbabwe, et quatre autres ont atteint Luanda en Angola, à la frontière sud du royaume du Kongo.

L'effort initial du Mozambique-Zimbabwe ne dura que peu de temps et se termina par le martyre de son supérieur, le père Gonçalo da Silveira (1526-1561) à la cour du Monomotapa. Avant de prendre ses fonctions dans le sud-est de l'Afrique, Silveira avait été supérieur provincial à Goa, poste auquel il avait été nommé par saint Ignace. Probablement en raison de ce lien, des artistes ont produit des représentations visuelles imaginaires du premier et plus populaire martyr jésuite d'Afrique, envoyé en mission sur le continent par le fondateur de la Compagnie. Bien que de telles représentations semblent quelque peu exagérées, elles ne sont pas sans mérite puisque les missions jésuites dans les régions orientales de l'Afrique ont toujours été sous la juridiction de la province de Goa.

Après la débâcle initiale au Mozambique et au Zimbabwe, la mission du sud-est de l'Afrique a repris en 1610 et a duré jusqu'à l'expulsion des jésuites du Portugal et de ses territoires en 1759. De même, en raison des longues guerres de conquête portugaises dans le sud-ouest de l'Afrique, les jésuites n'ont pu établir d'importantes missions en Angola qu'au début du 17e siècle. Cependant, une fois qu'ils ont pu le faire, leurs missions se sont considérablement développées. Luanda, sur la côte atlantique, était leur principale plaque tournante. De là, ils s'étendaient à l'intérieur de l'Angola et desservaient directement les populations africaines. Alors que Mateus Cardoso (1584-1625) traduit la Cartilla de la Sagrada Doctrina en kikongo en 1624, António do Couto (m. 1666), jésuite d'origine angolaise, publie un autre catéchisme en latin, en portugais et en kimbundu en 1642.

Les jésuites d'Angola ont anticipé de manière significative la canonisation de Saint Ignace en 1622. Le célèbre Colégio de Jesus (Collège de Jésus) a été ouvert à Luanda cette année-là. Le collège a continué à éduquer de nombreux étudiants d'origine portugaise et africaine jusqu'à la suppression de la Compagnie au Portugal et dans ses colonies. Adjacent au collège se trouvait une grande résidence jésuite et une magnifique église de style baroque, qui a été conçue pour refléter la grandeur de l'église jésuite du Gesù à Rome. Baptisé Igreja de Jesus (l'église de Jésus), cet édifice était considéré comme la plus haute structure de l'hémisphère sud lorsqu'il fut achevé.

La construction de l'église de Jésus, qui a commencé en 1612, s'est poursuivie pendant vingt-cinq ans. Avant même son achèvement, l'église a servi de centre pour des événements exceptionnels organisés par les Jésuites. La béatification de François Xavier en 1619 y a été célébrée. Plus important encore, l'église a été le lieu de célébrations élaborées des canonisations de saint Ignace et de saint François Xavier le 12 mars 1622. C'est probablement le seul endroit en Afrique où la canonisation du fondateur des jésuites a été aussi magnifiquement marquée.

2021-03-30_arsi4_ph5-1

Fig. 5.1. Saint Ignace de Loyola envoie le père Gonçalo da Silveira en Afrique de l'Est, qu'il consacre à la Notre-Dame.

2021-03-30_arsi4_ph5-2

Fig. 5.2. La page de titre du catéchisme trilingue d'António do Couto pour l'Angola.

2021-03-30_arsi4_ph5-3

Fig. 5.3. Une page du catéchisme trilingue d'António do Couto, avec le Kimbundu au milieu marqué comme "Angol".

2021-03-30_arsi4_ph5-4

Fig. 5.4. La façade de l'église de Jésus et la résidence des jésuites à Luanda.

2021-03-30_arsi4_ph5-5

Fig. 5.5. Un timbre postal portugais de 1963 avec une photo de l'ancienne église jésuite de Jésus à Luanda.

Partagez cet article :
Publié par Communications Office - Editor in Curia Generalizia
Communications Office
Le Service des communications de la Curie générale publie des nouvelles d’intérêt international sur le gouvernement central de la Compagnie de Jésus et sur les engagements des jésuites et de leurs partenaires. Il assure aussi les relations publiques.

Articles associés